Select Page

Connaissez-vous la sargasse ?

Depuis 2011, les Antilles sont régulièrement touchées par une invasion d’algues que l’on appelle “Sargasse”. En 2018, l’invasion est plus impressionnante que d’habitude. Ces algues peuvent être dangereuses pour la santé lors de leur décomposition, en plus d’être une réelle menace sur l’économie locale et le tourisme. C’est pourquoi, de nombreuses mesures ont été prises depuis le début de l’année pour faire face à ce phénomène.

Qu’est-ce que la sargasse ?

 

La sargasse est une algue brune qui provient notamment de l’embouchure du fleuve Amazone, au Brésil. En réalité, la sargasse existe depuis de très nombreuses années puisque la Mer des sargasses, une “mer sans rivage composée d’algues brunes regroupées par les vents et les courants [et] animée d’un courant marin circulaire” serait déjà connue de l’homme depuis 1492, après découverte de Christophe Colomb et de son équipage. Cette mer se trouve à l’Est de la Floride et des îles des Bermudes, sur environ 3 millions de kilomètres carrés

Des facteurs tels que le réchauffement des océans, les déplacements de plus en plus nombreux de l’humain en mer et les courants marins ont favorisé la prolifération et la migration des sargasses jusqu’à amener cette algue directement sur les côtes antillaises.  Depuis plusieurs années des études sont menées pour connaître l’origine de cette algue et savoir comment s’en débarrasser.

 

Des solutions afin de faire face à ce phénomène

mission-sargasse
Afin de contrer cette invasion, de nombreuses actions sont mises en place par le préfet de Martinique, notamment :

  • L’accélération du ramassage de l’algue après qu’elle se soit échouée. En effet, même si de nombreuses équipes sont déjà au travail, il faut les augmenter et surtout ramasser les algues avant qu’elles ne se décomposent. Ce ramassage devrait se faire entre 24 et 48 heures après l’arrivée des algues, cela permettrait d’éviter l’émanation du gaz.
  • Le déblocage de trois millions d’euros, notamment pour l’acquisition de machines spécifiques pour le ramassage de l’algue et des équipements de protection individuel pour les personnes qui ramassent.

Aujourd’hui, même si les sargasses s’échouent toujours de façon très aléatoire, grâce aux mesures mises en œuvre la gène est relativement maîtrisée.

D’autres mesures sont également prévues, si vous souhaitez plus d’informations, de nombreux articles sont disponibles sur internet, notamment sur la chaîne d’information https://la1ere.francetvinfo.fr/

A bientôt au Village de la Pointe !